Si vous êtes férus de voyages comme nous, je suis sûre que l’idée de ne plus revenir vous a déjà traversé l’esprit. Quand on part en vacances, en voyage, on voit les choses sous un certain angle. Tout parait parfait, presque utopique. Et puis, on finit par se dire qu’on y resterait bien. On se dit qu’on finirait bien nos jours ici. L’idée commence à devenir omniprésente, obsédante. Alors parfois ça marche et ne revient plus, pour d’autres, au bout de quelques mois, l’envie de rentrer au pays resurgit.  Aujourd’hui nous vous partageons l’expérience de 4 blogueuses voyage qui ont essayé l’expatriation.

Quand l’expatriation est une évidence!

Elles ont toutes eu un coup de foudre pour le pays qu’elles ont visité. Certaines, après quelques mois, ont décidé de poursuivre l’aventure et quitter leur pays d’origine.

Amélie du blog AMELOCHE VOYAGE, partie au Canada lors d’un Programme Vacances Travail, vit désormais à Montréal :

Je suis partie à la base pour un an au Canada en PVT. L’objectif était de parcourir tout le pays en faisant des petits jobs pour financer mon voyage. J’avais comme projet 3 mois à Montréal, 3 mois à Toronto, 3 mois à Vancouver et 3 mois un peu partout autour. Finalement ça fait 3 ans que j’habite à Montréal et mes papiers de demande de résidence permanente sont en cours.
J’ai adoré, la vie à Montréal. Plusieurs facteurs ont fait en sorte que j’ai un coup de cœur. La gentillesse des gens, la politesse et le respect des hommes (oui, oui ça peut paraître bête, mais ne pas te faire siffler, alpaguer dès que tu marches dans la rue, c’est un bonheur), la culture diversifiée et gratuite tout au long de l’année (un nombre de festivals important), le mix entre la nature et la ville au même endroit. Il y a également la facilité à se lancer dans des projets personnels beaucoup plus facilement (exemple le blog), et à trouver un métier rapidement.
Léonor, du blog LA VIDA FUERA DE BELGICA, a débuté son chemin vers l’expatriation pendant ses études, et depuis elle vit toujours à l’étranger.
Mon voyage révélateur, c’était mon Erasmus.
On dit qu’on revient changé d’un tel voyage, moi je n’en suis jamais vraiment revenue. Mon Erasmus, en Espagne, m’a complètement bouleversée. Moi qui ne voulais vivre qu’en Belgique, tout d’un coup, je ne me sentais plus à ma place dans ce petit pays qui est pourtant le mien. Je ne pensais qu’à l’Espagne.
De l’Espagne, j’ai tout aimé directement. Sa langue qui me décroche un sourire à chaque fois, ses gens chaleureux, ses sorties le soir avant d’aller manger, ses tapas, son architecture. Mais c’est peut-être son soleil qui me manquait le plus lorsque je suis retournée vivre sous le ciel gris de ma petite Belgique.
Très vite, le choix de m’expatrier est devenu plus une suite logique qu’un réel choix. Et deux ans plus tard, à la fin de mes études, je repartais.
Je vis actuellement à Prague mais j’ai d’abord vécu à Budapest. L’Espagne, ça sera d’ici quelques années. Et même si peu de personnes comprennent mon envie de ne jamais revenir, je n’ai jamais regretté mon départ.

Et si ce pays n’était pas le bon choix pour réussir mon expatriation?

D’autres ne se sont pas senties à l’aise dans ce nouveau pays. Une fois l’excitation du début passée, la réalité de certains pays nous fait prendre conscience de nos limites et de nos désirs.
C’est le cas de Caroline du blog Tong et Sri Lanka, partie pour un voyage de 6 mois au Sri Lanka et revenue plus tôt que prévu.
En 2013, je suis partie vivre quelques mois au Sri Lanka. Je voulais savoir comment était la vie
quotidienne dans mon pays de cœur, que j’appelle « mon 2 ème pays ». Je devais y rester 6 mois
et j’en suis finalement partie après un peu plus de 3 mois. En effet, le Sri Lanka est un pays
dans lequel j’adore voyager mais pour y vivre, je n’ai pas su m’y adapter. Cette expérience est
purement personnelle et heureusement qu’elle n’est pas celle de tout le monde !
Ce qui m’a gêné et donné envie de repartir ailleurs, c’est le trop grand décalage culturel entre
ma vie de toujours et la culture locale. L’absence de loisirs comme les concerts, les festivals, le
cinéma, les expositions, m’a énormément manqué. J’adore la nature mais après quelques
semaines je ressentais un ennui intérieur… Heureusement que j’avais une bonne amie sur
place sinon je serai repartie avant je pense 😉
Également, le fait de ne pas être totalement indépendante car je suis une femme, a fait que je
n’ai pas su m’adapter. Ce dernier point est en train de changer dans le pays mais étant une
trop grande indépendante, je n’ai pas su faire avec et devoir dire où j’allais tout le temps…
Donc finalement les voyages au Sri Lanka m’ont donné envie d’y retourner pour y voyager
mais pas pour m’y installer ! Une belle expérience qui m’a beaucoup appris sur moi-même.
C’est aussi le cas de Céline, du blog Voyage d’une plume, qui a vécu quelques années au Chili avant de faire ses bagages en quête d’un nouveau pays d’adoption.
Partie au Chili pour seulement 6 mois, je pense que, sans vraiment me l’avouer, l’idée de ne pas
rentrer en France s’était envolée avec moi vers de nouvelles aventures sud-américaines.
Les mois passent, les rencontres défilent, les sourires s’échangent et des amitiés se forgent. Une fois mon Master en poche, un choix s’impose: rentrer en France dans la maison familiale ou continuer à créer le chemin d’une nouvelle vie au milieu de paysages patagons. Quelques secondes de réflexion ont suffit: je suis restée au Chili.
Pendant mes années d’expatriation tout allait bien: une maison, une famille, des amis, des boulots et quelques petits voyages. Tout allait bien même si ici l’argent est roi et que sans lui rien n’est possible.
Tout allait bien jusqu’à ce que je découvre l’hôpital et ce système qui oublie les malades dans la salle d’attente plus de 12 heures durant, jusqu’à ce qu’ils rentrent chez eux, toujours aussi malade. Dans ce cas, comment rester dans un pays ultra libéral où ma santé est en jeu? Quelques secondes de réflexion ont suffit: je suis partie du Chili. J’ai repris la route à la recherche du prochain chez moi où l’argent ne sera pas plus important que ma santé ou que mes rêves.
Je vous invite vivement à vous rendre directement sur le blog des filles pour découvrir leur univers et tous les beaux voyages qu’elles ont entrepris.
À travers ces témoignages, on ce rend compte qu’on ne peut pas parler de succès ou d’échecs concernant l’expatriation. En effet, qu’on aille au bout ou pas, c’est une expérience très enrichissante qui apporte beaucoup. Elle nous permet de nous connaitre mieux, de savoir ce qu’on veut réellement.
Alors les amis voyageurs, et pour vous l’expatriation ça vous tente?
Coup de coeur en vacances, le choix de l’expatriation

Cet article vous a plu?

Ne ratez plus aucune occasion de vous offrir de vraies vacances.

Inscrivez-vous gratuitement et recevez chaque mois :

- des destinations de fous à découvrir en famille

- des bons plans pour profiter de vos vacances sans vous ruiner

- des conseils pour vous aider à préparer de superbes vacances sans stress

Bienvenue dans la communauté des familles voyageuses!

Étiqueté avec :                                

Un avis sur « Coup de coeur en vacances, le choix de l’expatriation »

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.